" أكتب كي أبعث الحياة في الناس و في الطبيعة و في الأشياء" محمد خير الدين

1.30.2006

Le cadi et le voleur

C’est l’histoire d’un homme qui était un voleur. Et il vola effectivement pendant un certain temps. Mais voilà qu’on lui dit un jour : «nous avons maintenant un cadi qui est intransigeant pour toute pratique condamnable : il se refuse à en être le complice. »
Le voleur se dit : «Décidément, il faut que je vérifie si ce saint homme est bien en réalité comme on le dépeint là».
Il s’en alla voler un mouton, en découpa un gigot de belle consistance, le fit cuire, le mit dans une grande jette à pain sans levain, et l’emporta caché sous le pan de son selham. Arrivé chez le magistrat, il lui dit : «si vous permettez, Monseigneur, je viens vous poser une question ».
«De quoi s’agit-il ? » demanda le juge.
«Dieu a voulu que je vole un mouton, que je l’égorge et le mange. Je voudrais vous demander si c’est un péché ou non ?»
«Mon Dieu, protégez-nous, s’exclama le cadi, c’est un péché, Dieu de miséricorde, c’est terrible ».
Rejetant en arrière le pan de son selham, notre homme en sortit la jatte et lui dit : «voilà, monseigneur, je vous ai apporté votre part.»
«Ah bon, se reprit le cadi, c’est que tu ne m’avais pas dit que la viande était cuite. Mais du moment qu’elle l’est, eh bien le feu l’a rendue licite.».

1.16.2006

Le chacal, le lion et le mulet

Dédier à Bechar al Assad et Ahmed Najati :

C’est l’histoire d’un lion qui s’en vint trouver un chacal et lui dit :
«je voudrais que vous me procuriez de quoi manger : voilà huit jours que je reste sur ma faim. »
«Il y a ici, répondit le chacal, un mulet qui broute dans un pâturage : mais il faut que nous lui trouvions un motif. »
« Entendu, dit le lion, quoi que vous décidiez, je vous soutiendrai. »
« Venez, reprit le chacal, rendons-nous ensemble chez lui. Dés que j’arriverai, je lui dirai que le roi nous a prescrit de produire chacun son arbre généalogique, à savoir ses racines, bref l’identité de son père. Voilà, continua-t-il, le langage que je tiendrai ; c’est çà le meilleur prétexte. Le mulet, c’est connu, n’a pas d’origine avouable : ses parents sont la jument et le baudet, sauf votre respect. Alors, conclut le chacal, quand nous présenterons à vous, il faut que vous m’interrogiez moi en premier. »
Ils arrivèrent donc auprès du mulet. Le chacal l’appela et lui dit : «venez voir ce que dit le lion. »
«Moi, dit le lion, je ne suis que l’envoyé du roi. Ne me prêtez aucune mauvaise intention. »
«Je vous en pris, messire »dit le mulet.
«Je viens, dit le lion, vous poser une question : il faudrait que vous me fassiez connaître vos origines. »
«En ce qui me concerne, oncle lion, dit le chacal, je suis chacal, descendant de chacal, et ceci jusqu’au chacal que Noé a pris avec lui dans l’arche. »
«C’est bien», dit le lion.
«Et vous ? », Demanda-t-il au mulet.
«Moi, monseigneur, répondit le mulet, je n’ai pas de tête. Il faut que j’aille demander à ma mère quelle est mon origine. »
«Entendu», dit le lion.
Or notre mulet était de solide carrure. Il s’arrêta auprès d’un forgeron, et quand celui-ci lui eut mis une ferrure neuve, il revint en se mettant à boiter d’un pied.
Les deux autres lui demandèrent : «qu’est-ce qui vous est arrivé pour que vous boiter? »
«C’est, dit-il, une lettre que ma mère m’a fourrée dans le sabot. J’avais peur que si je la mette dans la bouche elle se mouille ; alors je l’ai mis dans le sabot. »
Quand il fut près d’eux, il leur dit : «désignez l’un de vous pour qu’il vienne la lire. »
Le lion dit au chacal : «allez la lire. » «Monseigneur, prétexta le chacal, je n’y vois pas clair du tout. »
Le lion s’avança pour la lire. Alors, le visant bien entre les deux yeux, le mulet lui décocha une ruade qui lui fit voler le crâne en éclats.


Si Washington cherche des motifs pour coloniser tous les payes Musulmans, elle les trouvera.
En revanche, les Musulmans doivent défendre leur identité et faire comme le mulet.

1.07.2006

La panthère, le chacal et le renard

Les acteurs :
Panthère : Ariel Sharon
Le renard : George .w. Buch
Le chacal : un chef arabe(il ne veut pas déclarer son nom)
La moelle : Jérusalem et tout le monde islamique .


La panthère, reine des animaux, tomba malade.
Le chacal s’en vint la voir et lui demanda : «comment allez-vous ? Etés-vous guéris. »
«Ça va» répondit le fauve, « mais, ajouta-il, qu’est ce qui lui a donc pris au renard de ne pas être passé me voir ? »
«C’est que le chacal, il a appris que vous étiez malade. Alors il a convoqué tous les animaux et ils se sont réunis chez lui. Il leur a dit : «prenez bien note de ceci : la panthère est malade et, si elle meurt, c’est moi qui serai votre chef. »»
Mais le renard se rendit chez la panthère et lui apporta une tourterelle.
En le voyant à son côté, le fauve lui dit : «que t’est-il arrivé pour que tu n’aies jamais demandé de mes nouvelles ? »
«J’ai consulté un livre, dit le renard, pour voir quel est le remède de cette maladie qui est en vous. J’y ai découvert qu’il vous faut tuer une tourterelle, faire cuire son foie sur le charbon, le manger, puis faire cuire sa chair dans de la moelle de chacal. »
Dès que la panthère eut mangé le foie. Voilà qu’elle alla mieux. «Eh ! bien, madame, demanda le renard, comment allez-vous ? ‘Bien’ dit-elle. »
«Laissez-moi partir, reprit le renard, puis vous vous convoquerez le chacal, vous lui coupez une patte, vous en retirez la moelle, y fait cuire la tourterelle et la mangez. Si vous éprouvez un vrai soulagement, vous serez débarrassée ; si la guérison n’est pas manifeste, vous me convoquez afin que je vous apporte une autre tourterelle, vous recoupez une patte au chacal, la seconde, et alors à coup sûr vous guérirez. »